Eglise St Pierre Architecture

eglise saint-pierre genval

La création de la paroisse St-Pierre

et l'architecture de son église

 

A la fin du XIXème siècle, Genval est un village brabançon aux maisons groupées autour de son église dédiée à Saint-Sixte.
Près de la gare, très loin du centre, au lieu-dit "Maubroux", il n'existe pratiquement qu'un ancien café restaurant, "l'Hôtel de la Gare", et quelques rares constructions.
Au début du XXème siècle pourtant, un lac artificiel est créé dans la vallée de l'Argentine, en contrebas de la gare. Au bas du parc se trouvent quelques maisons de maître. L'endroit devient vite un lieu de tourisme et de villégiature pour les Bruxellois. En même temps, les sources de Genval acquièrent une réputation. Genval devient "Genval-les-Eaux"
Dès 1904, les “Papeteries de Genval” prennent une extension rapide. Le hameau de Maubroux se développe. Des constructions nouvelles poussent rapidement et une population jeune s'installe sur le site.

Nouvelle paroisse et nouvelle église

La création d'une nouvelle paroisse est évoquée dès 1912, mais elle ne deviendra officielle qu'en 1921: la nouvelle paroisse est créée à Genval-Maubroux distincte de la paroisse Saint-Sixte de Genval-Centre.

Il n'y a pas encore d'église. On célèbre la liturgie dans une grange de la rue de la Station qui se trouvait à l'emplacement actuel de l'agence de banque Fintro (n° 26), ainsi que du Restaurant "Ô Clair de Lune" (n° 24). Cette grange n'est alors bordée que de terrains sablonneux, espaces de jeux pour les enfants de l'époque.
Mais une église va bientôt surgir tout près de là. L'homme qui en est à l'origine, c'est Auguste Lannoye (1874 - 1938).
Né à Corroy-le-Grand en 1874 et orphelin dès l'enfance, Auguste fut pris en charge par des oncles commerçants qui ne lui portèrent ni intérêt, ni affection. Remarqué par des enseignants pour son intelligence, il obtint une bourse pour ses études et devint ingénieur.

Il a d'abord travaillé dans plusieurs papeteries (Court-St-Etienne, La Hulpe ...) et décida enfin de s'installer à Genval en 1904. Il y avait de l'eau, celle de la Lasne, et une gare toute proche, celle de Genval.
Il y crée la "Société Anonyme des Papeteries" en 1911.
Son ambition fut de consacrer sa vie à améliorer le sort des plus pauvres.
Ayant connu et vu la misère de près, il voulut créer un couvre-sol qui permettrait aux classes modestes de ne plus vivre sur "la terre battue"! Le balatum était du feutre bitumé à base de pâte cartonneuse, très solide et au prix de revient très peu élevé qui acquit très vite une renommée mondiale .
Il créera aussi le papier Kraft. Ce papier marron au prix dérisoire convient à toutes sortes d'emballages, surtout grâce à sa solidité.

Et enfin, le papier peint.
Pour lui, son entreprise était comme sa famille.
Elle comptera jusqu'à 2500 travailleurs.
Il instaure pour eux la sécurité sociale (Une Mutuelle bien avant qu'elle soit obligatoire en Belgique ! ).
Il fait construire une cité ouvrière tout autour des papeteries : les corons de la place Lannoye, de la rue de Rixensart, de la rue Lannoye et de la Colline du Glain.
Dès qu'il acquiert un peu de fortune, il veut qu'elle soit au service de tous. Après la première guerre mondiale, il entreprend
- la transformation d'un Hôtel familial en Clinique Maritime au Coq-sur-Mer, confiée, entre autres, aux soeurs Franciscaines de Genval jusqu'en 1956.
- la création d'une école libre: l'Institut St-Léon de La Hulpe, confié aux Frères Maristes de 1910 à 1974.
- et plus tard, sous l'impulsion de Madame Lannoye, épouse d'Auguste, d'une autre école à Genval (St-Augustin).
Le fondateur des Papeteries de Genval fut bourgmestre de Genval de 1926 jusqu'à sa mort en 1938.

Mais l'église Saint-Pierre dans tout ça?

Revenons en 1923.
Auguste Lannoy achète le triangle de terre situé entre la rue de Rosières, la rue de la Station et l'Avenue Albert Ier où se trouvait le café-resto "A la ville de Wavre" qu'il transformera en presbytère. Construire la nouvelle église au beau milieu d'un ensemble de rues si fréquentées n'est pas apprécié du Collège communal de l'époque qui prévoyait de la construire de l'autre côté des voies ferrées. Le Collège donne donc un avis négatif mais qui restera sans effet.
L'espace est étroit et cela permet aussi de comprendre pourquoi, au lieu d'être "orientée", c'est-à-dire de regarder vers l'Est (vers l'Orient), le chevet de la nouvelle église regarde vers le Nord-Ouest.

Qui fut l'architecte de l'église Saint-Pierre de Genval ?

Ce rôle est traditionnellement attribué à Auguste Lannoye. Mais, aucun document stipulant le nom de l'architecte n'a été retrouvé. Il est possible qu'Auguste Lannoye ait demandé à l'un des ingénieurs des Papeteries de Genval de dresser les plans de l'église.
Elle est placée sous le patronage de saint Pierre, en souvenir du fils des époux Lannoye, le petit Pierre, décédé de la diphtérie à l'âge de 5 ans et demi, le 16 juillet 1916.
Le 15 avril 1925 le premier conseil de Fabrique d'église est constitué. Le 19 juin 1927, Monsieur Lannoye fait don à la Fabrique d'église des terrains et constructions : l'église et la cure.
Ce n'est que 25 ans après sa construction, le 2 août 1949, que l'église fut consacrée par le cardinal Van Roey.
Le véritable acte de naissance d'un sanctuaire n'est pas la pose de la première pierr, mais sa consécration ou "dédicace". Ce jour-là, un reliquaire fut placé dans l'autel et les 12 croix de consécration furent placées sur les murs intérieurs.

Depuis lors, l'église de Genval est ouverte tous les jours : elle accueille les fidèles pour célébrer la liturgie. A toute heure du jour, celui ou celle qui a besoin d'un réconfort peut y goûter un moment de recueillement. Les écoles de la région peuvent venir la visiter avec leur professeur de religion. Elle est un espace de rencontre et un lieu de ressourcement.

Le style de l'église Saint-Pierre.

Ni néo-roman, ni néo-gothique, mais conçu à la manière d'une architecture industrielle du début du 20e siècle. Des murs de briques dans une armature de béton armé.
C'est la première du genre construite en Belgique !
Comme toutes les constructions en béton, elle commence à souffrir du "cancer du béton" appelé la "carbonatation". Mais on dispose aujourd'hui de techniques permettant d'y remédier. La fabrique d'église locale s'est engagée à réaliser les analyses nécessaires.

Les façades.

 

Les façades du bâtiment combinent à la fois:
- soubassement de moellons ,
- structure apparente en béton ,
- briques rouges et ornements en béton.

La façade principale, située au sud-est, est précédée d'un large porche en béton. Il abrite une porte cintrée à triple voussure.
La partie supérieure de cette façade est percée de quatre baies de hauteurs variables.
Le tout est surmonté par une statue de saint Pierre réalisée par le sculpteur belge Edouard Nootens (1899-1977).

 

Les façades latérales comportent chacune trois travées. Leurs parties inférieures sont percées de triples baies. Leurs parties supérieures sont éclairées de quatre couples de baies géminées.

 

Les fenêtres.

 

 

 

Elles présentent un encadrement de béton surmonté d'un arc en anse de panier. Leur encadrement est agrémenté, dans sa partie supérieure et dans sa partie inférieure, de crossettes c.-à-d., d'éléments décoratifs situés aux angles de l'encadrement de chaque fenêtre. C'est une caractéristique de l'architecture néo-classique.

 

Le campanile

 

 

Il est situé à l'ouest de l'église. C'est un étrange clocher de quatre étages.
Le premier et le deuxième étage sont percés sur chaque face d'une paire de baies géminées, inscrites sous un arc en anse de panier.
Le troisième étage porte les horloges tandis que le quatrième, bordé de parapets en béton, abrite les cloches sous un large toit débordant sommé d'une grande croix en béton.
On raconte qu'Auguste Lannoye, alors qu'il voyageait en Suisse italienne, découvrit un campanile dont la forme originale le séduit. Il le dessina et voulut que la tour de l'église Saint-Pierre en soit une copie fidèle.
En regardant ce clocher on croit voir un chevalement minier (la tour qui surplombe les puits à mines). Il ne manque plus que les molettes remplacées ici par les cloches.

Les cloches.

Le clocher est équipé d'une horloge et de deux cloches qui rythment la vie des alentours.
Ces cloches ont été coulées par le fondeur Omer Michaux de Louvain. L'Atelier Michaux a aussi contribué à l'installation du Carillon de Louvain-la-Neuve qui se trouve dans le clocheton au dessus de la faculté de théologie (Grand-Place). Ce carillon est composé de 47 cloches dont 13 sont des Omer Michaux de 1921.

Plus modestes, les cloches de Genval ont pourtant chacune leur caractère.

"Georgette" est la plus imposante. Elle pèse 650 Kg. On la voit très bien depuis la gare. Sa note de prédilection est le Sol. Elle porte l' inscription suivante :

Je m'appelle Georgette
J'ai été baptisée en 1921
Mon parrain et ma marraine sont
Ernest et Marguerite Mals

En venant du centre du village, on peut voir la plus petite des deux. Elle s'appelle pourtant "Bertha" et ne pèse que 450 Kg. Mais c'est Bertha qui sonne les heures et les demi-heures tout au long de la journée. L'accord de ses harmoniques oscille autour du Si bémol.
Elle porte ce message gravé dans le bronze :

Je m'appelle Bertha
J'ai été baptisée en 1921
Mon parrain et ma marraine sont
François Tobu et Berthe Van Gits