Journal de la Paroisse Saint-Pierre

N° 433, 24 juin 2018

saint-pierre genval


Abbés Tchuma Kagoma et Jean-Claude Sakanya
Rue de la station, 30
1332 GENVAL

Tél ; 02 653 84 32

GSM : 0474 92 06 30

Messes :
samedi 18h00
dimanche 10h sauf 9h30 en juillet, 11h en août
pas de messe de semaine en juillet-août
à partir de septembe :
lundi et mardi : pas de messe
mercredi, jeudi, vendredi : 7h30
vendredi : à la Résidence du Lac : 16h00


Sommaire
 

Editorial :

PRENDRE LE TEMPS DE REGARDER

Un vieux dicton nous rappelle que « les yeux seraient les fenêtres de l'âme ». Le regard que nous jetons sur les personnes et sur les choses est souvent déterminant de notre attitude: intérêt ou indifférence, désir de connaître ou volonté d'ignorer.
Nous aurons peut-être la chance de quelque évasion pendant ces mois de juillet et août. Nos regards vont se porter sur des choses que nous trouvons tellement belles : site naturel inhabituel, un édifice où le génie de l'homme éclate; et puis, le hasard de rencontres : un berger de montagne, un vigneron toujours inquiet des mauvaises humeurs du temps estival, un compagnon d'excursion pédestre, un belge, un européen, un curé ou autre... « Il nous faut regarder ce qu'il y a de beau... » chantait Jacques Brel.
Pourrons-nous, pour autant, détacher notre regard de tant d'hommes et de femmes en panne de bonheur, d'épanouissement, de liberté, de dignité, bref de la souffrance omniprésente? Ainsi va la vie avec ses lumières et ses ombres.
Je suis personnellement étonné de trouver dans l'Évangile tant de passages où il est fait allusion au regard de Jésus comme de celles et ceux qu'il rencontre. Regard de Jésus qui perce l'écorce de la bonne conscience endormie ou celle d'une souffrance non-dite, cachée parce que honteuse quelquefois. Il repère le paralytique au bord de la piscine qui sauve : personne ne s'en occupe; à son mal s'ajoute sans doute la solitude et l'indifférence. Jésus l'a vu.
Un regard d'amour et d'espérance se pose sur la femme sans avenir, sinon promise à la mort affreuse de la lapidation. Même regard de vérité et de confiance en l'avenir posé sur la femme rencontrée au puits... Regard de compassion, ému, fraternel pour cette femme, veuve, qui va confier son unique garçon mort à la terre. Ses yeux remplis de larmes à la mort d'un ami : blessure qui ne tue pas l'espérance... Regard de déception devant la solitude de la mort qui approche.
Déception mais jamais de condamnation. Pierre, le renégat, va l'expérimenter: son regard va croiser celui de l'Amour qui s'appelle « pardon ».
Regard de joie devant ces petits à qui sont réservés les ‘secrets’ du Royaume, ou du coeur du Père. Regard d'amitié envers ce jeune homme riche, qui est étonnant de vérité et de promesses.
« Prendre le temps pour te regarder, prendre le temps pour t'apprivoiser… », dit une chanson. Si nous prenions le temps, un peu plus de temps pour Le regarder, pour regarder aussi les personnes et les choses, même et peut-être surtout celles qui nous sont tellement quotidiennes qu'elles risqueraient d'en devenir « banales ».
« Il vit et il crut » nous dit l'apôtre Jean, faisant cette expérience formidable de la Vie au-delà de la souffrance et de la mort. « On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible… » disait le Renard au Petit Prince.
Bonnes vacances et bel été à ceux qui ne partent pas!

Abbé Tchuma Kagoma Amundala

Le SACREMENT DE CONFIRMATION

Le dimanche 13 mai 2018, c’était la fête à Saint-Pierre !
Parents, familles, parrains, marraines, tous se sont réunis pour vivre ensemble, en Unité pastorale, une belle cérémonie : la confirmation de 13 de nos enfants ! Ils vont recevoir ce beau sacrement des mains de l’abbé Eric Mattheeuws, l’adjoint de Monseigneur HUDSYN.
Beaucoup de fidèles des 4 communautés de l’UP se sont joints aux familles pour participer à cet événement.
Une magnifique concélébration se déroule alors, animée par les chorales paroissiales réunies en un superbe ensemble vocal qui porte joyeusement cet élan de foi.
Chaque enfant partage ses motivations et explique les raisons de son engagement dans la vie chrétienne, sous les regards émus de leurs proches.
Ensuite, accompagnés de leurs parrains et marraines, ils reçoivent l’onction sacrée et participent au sacrement de l’Eucharistie, suivis par toute l’assemblée.
En fin de cérémonie, une Bible est offerte à chaque confirmé(e) au nom de sa paroisse.
Différents messages des catéchistes clôturent cette messe si spéciale. Le plus remarquable fut celui de Pascaline qui accompagne et guide les jeunes jusqu’à la confirmation, d’abord à Saint-Pierre et maintenant à Saint François-Xavier, et met fin cette année à son engagement. Qu'elle soit chaleureusement remerciée de son dévouement et de sa persévérance !
Signalons également que que 4 filles de Rosières qui, pour des raisons de voyage scolaire à l’étranger n’ont pas été à Saint-Pierre, ont été confirmées à leur tour par le Père Pierre-Jean Welsch avec le groupe de 13 enfants de Sainte Gertrude de Lasne, le dimanche 20 mai 2018. Bravo et félicitation à tous les nouveaux confirmés de notre Unité Pastorale!

Thérèse et Marie-Claire


PREMIERES COMMUNIONS

Lors de la messe de première communion du 9 mai 2018 en notre église Saint-Pierre de Genval, neuf jeunes enfants y prenaient part, accompagnés de leurs familles, dans un recueillement rarement observé dans de tels événements.
Il est très important de souligner l'investissement fourni par tous les parents, tant au niveau des lectures que des prières et des intentions, mais aussi au niveau du soutien qu'ils ont apporté à leurs enfants, investissement qui a permis à cette journée d'être mémorable.
Il faut aussi remercier de tout coeur notre curé pour ses paroles dignes et engagées dans la voie de la durabilité et les deux chorales qui ont réjoui nos âmes avec des chants joyeux sortant parfois du répertoire classique mais qui ont entraîné toute l'assemblée.

Jeanine David


Echos de l’Equipe d'Animation Paroissiale :
décisions prises en avril et mai

-Concernant les horaires des célébrations de la Semaine sainte : il est décidé que tous les offices à Saint-Pierre se dérouleront à 20h00, comme autrefois.
-L’EAP confirme que lorsqu’il y a une célébration en Up dans l’une des 4 paroisses, la veille de ces fêtes, la messe de 18h00 est maintenue à Saint-Pierre. L'information pourra être vérifiée sur le site de la paroisse. Ne pas hésiter à le consulter.
-Les paroissiens peuvent trouver dans le porche de l’église de nouveaux panneaux de communications et d’informations.
N'hésitez pas à les consulter concernant notamment les modifications éventuelles de célébrations. Ces panneaux seront régulièrement mis à jour.
-L'Abbé Evrard Ngoy (Curé de Rosières) présidera les eucharisties dominicales du mois de juillet (ainsi que les célébrations de funérailles et l'onction des malades s'il y a lieu).
-L'Abbé Tchuma Kagoma présidera les eucharisties du mois d'Août.
-Toute personne souhaitant rencontrer notre curé Tchuma ou ayant des questions à lui poser peut s’adresser directement à lui par tél ou par mail (voir en-tête du journal). Il s’engage à répondre aux demandes.

Pour l’EAP, Didier BURY


Nouvelles de la Résidence du Lac

Nous étions nombreux le vendredi 25 Mai à nous retrouver tous ensemble pour recevoir le sacrement des malades.
En imposant les mains solennellement sur l’assemblée, en silence, le prêtre, invoquant l’Esprit Saint nous laisse percevoir le Christ posant sa main aimante sur chacun de nous. C’est le signe de la tendresse de Dieu.
Ensuite, en recevant l’onction sur le front et les mains, chacun se sent « touché » et relevé par la grâce, encouragé et réconforté.
Après avoir communié, avec ferveur nous récitons cette belle Prière :
« Par ce sacrement que j’ ai reçu aujourd’hui, aide-moi Seigneur
à accomplir ce qui est le meilleur pour moi.
Pardonne-moi tout le temps gâché où je n’ai pas su aimer.
Permets que je remplisse d’amour les jours qui me seront encore accordés.
Remplis-moi de ta lumière, qu’elle illumine ma nuit et soutienne ma faiblesse,
et que mon sourire et ma patience puissent encore révéler ta présence. »
Ce sacrement reçu en toute conscience renouvelle la confiance en Dieu, nous fortifie contre le découragement et l’angoisse de la mort.

Thérèse Blondiau

Récollection pour les visiteurs de malades : Basilique de Basse-Wavre

La grâce de la visite, Dominique Collin O.P.
Le jeudi 31 mai est la fête de la Visitation. C’est un peu « notre journée » de visiteurs de malades ! La lecture du texte de St Luc sur la Visitation inspire notre réflexion, et nous découvrons ce qui pour chacun de nous est révélateur de cette rencontre et peut nous aider lors de nos visites.
Marie se rendit avec empressement chez sa cousine et salua Elisabeth.
La rencontre: Comment vivons-nous la rencontre avec les personnes que l’on visite ?
Un état d’esprit : faisons-nous le vide de nos préoccupations du quotidien pour se recentrer sur soi-même, et ouvrir son coeur à l’ Esprit et à la joie, pour rendre ainsi possible comme Marie cet « empressement » de la rencontre.
Une vraie rencontre peut exister si on réussit en toute humilité à créer avec l’aide de l’Esprit Saint une relation d’égal à égal avec la personne pour lui permettre de « REVENIR À SOI » et de « se » et « nous » rebrancher sur plus grand que nous : « le VIVIFIANT ».
Non, il ne s’agit pas de « faire de l’altruisme » ou de se sacrifier pour gratifier son « moi » dans un bonheur narcissique. Cet amour partagé dans un coeur à coeur est un don de Dieu, et c’est dans cette circulation du don de l’amour que doit vivre l’Eglise.

Thérèse Blondiau


La vie est la vie

La vie est beauté, admire-la
La vie est félicité, profites-en.
La vie est un rêve, réalise-le.
La vie est un défi, relève-le.
La vie et un devoir, fais-le.
La vie est un jeu, joue-le.
La vie est précieuse, soigne-la bien.
La vie est richesse, conserve-la.
La vie est amour, jouis-en.
La vie est un mystère, pénètre-le.
La vie est une promesse, tiens-la.
La vie est tristesse, dépasse-la.
La vie est un hymne, chante-le.
La vie est un combat, accepte-le.
La vie est une tragédie, lutte avec elle.
La vie est une aventure, ose-la.
La vie est bonheur, mérite-le.
La vie est la vie, défends-la.

Ste Mère Theresa


Un air d’Alep chez les Frères maristes à Genval

Au mois d’avril, Soumaya HALLAK, une soprane syrio-suisse a passé une dizaine de jours avec les « Maristes Bleus » à Alep en Syrie. Elle a animé plusieurs ateliers avec les enfants et les jeunes dans les différents programmes animés par les Maristes.
Après avoir trouvé un moyen de la contacter nous avons pu l’accueillir dans notre communauté de Genval pour un temps de convivialité pendant lequel elle nous a donné des informations sur la réalité de ce que vivent les habitants de la Syrie et de Alep en particulier.
Nous nous sommes dit au revoir non sans une promesse de se revoir très vite. Un moment émouvant a été le chant d’un Ave Maria en arabe dans la chapelle.

Frère Edgard Iserentant


L'ASSOCIATION DES OEUVRES PAROISSIALES: Comptes de résultats 2017 de notre section

C’est le 23 mai que l’Assemblée Générale statutaire de l’Association des OEuvres Paroissiales de la région de Braine l’Alleud - dont notre section est un des membres – s’est tenue à Braine l’Alleud. Au cours de celle-ci les comptes de 2017 ont été approuvés et décharge a été donnée aux administrateurs.
Voici quelques éléments des comptes de notre section :
L’année 2017 se termine sur un excédent (boni) de 3.727,58 € contre 3.082,18 € en 2016 ;
- Les revenus « Transit » - essentiellement collectes – se sont élevés à 5.745,92€ contre 6.016,18 € en 2016 ;
- Remboursement de frais divers : 2.036,00 € ;
- Le canon du bail emphytéotique – Résidence du Lac - représente 21.616,10€ sur les 35.902,01€ des revenus totaux bruts ;
- Les dépenses en énergie en 2017 se montent à 3.332,50€ contre 3.030,22 € en 2016 ;
- Les frais administratifs divers ont été de 5251,16 € contre 6696,35 € en 2016 ;

Notons encore :
- Organismes prestataires de service pour 1.212,93 € ;
- frais de déplacements pour 1.015,00 € ;
- achat de petit matériel à hauteur de 2.513,46 €
- et restauration collective et alimentation pour 4.567,16 € ;
- Impôts 2017 : 4.105,70 €
- et dons essentiellement à Crianças do Mundo et Fotchucam pour un montant de 9.400,00 €.
Si la tendance bénéficiaire persiste, nous aurons le plaisir de renforcer encore nos dons aux différentes oeuvres que nous soutenons traditionnellement.

Michel Tonglet
Gestionnaire de la section A.O.P.


 

CÉLÉBRATION DU 15 AOÛT

 

À 10h30 elle rassemblera les 4 paroisses
de l'Unité pastorale
devant la grotte chez les Frères Maristes,
145, Av. Gevaert à Genval
(en cas de pluie, rassemblement à l'église St-Pierre)


Horaires des mois de vacances 2018 dans l'Unité Pastorale

 

Vacances 2018

Mois de Juillet

Mois d'août

 

Samedi

Dimanche

Samedi

Dimanche

Eglise St-Sixte
Place Communale à Genval

///

Messe à 10h30

Messe à 18h30

///

Eglise St-Pierre
Rue de la Station
Genval-Maubroux

Messe à 18h

Messe à 9h30

Messe à 18h

Messe à 11h

Eglise St-François Xavier
Pl. Cardinal Mercier
Bourgeois

Messe à 18h

///

///

Messe à 10h

Eglise de St-André,
rue du Bois Bosquet Rosières

///

Messe à 11h

///

Messe à 9h30

 


Chorale « LES COEURS JOYEUX » Invitation au Concert d’été

La « Chorale LES COEURS JOYEUX » donnera
son « CONCERT D’ETE »,
le dimanche 1er juillet à 15 H 30 à l’église Saint Pierre de Genval.
Ce sera un moment de joie et de détente, une ballade en musique avec des chansons d’hier et d’aujourd’hui, de chez nous et d’ailleurs.
Un concert préparé par Daniel Vincent et Paul Spies.

La chorale présentera son programme
au Val du Héron le mardi 26 juin et
à la Résidence du Lac le jeudi 28 juin.

N’hésitez pas à venir en famille, il y en aura pour tous les âges, de 7 à 77 ans et bien au-delà.

Daniel Vincent


AGENDA A SAINT PIERRE DE GENVAL

- Le dimanche 16 septembre, de 10h à 18h00, ne manquez pas de visiter le stand des paroisses catholiques dans le cadre de Rixensart en fête. Nous ne connaissons pas encore l'emplacement exact du stand. Il sera indiqué sur le site de la Commune.
Toutes les associations sont présentes entre le cinéma, la maison Communale et tout le long de l'avenue de Mérode.
Appel est fait aux paroissiens qui pourraient être présents sur le stand, et y rester par plages de 2 heures. Merci d'avance
(contactez Françoise Hulet, 0486 12 05 65, info@bourgeros.be )
Nous avons aussi besoin de matériel de bricolage pour les enfants:
une dizaine de tubes de colles (Pritt ou autre semblables) ;
papier collant ;
marqueurs à l'eau...
Un carton se trouvera au fond de l'église pour vos dons. Merci.
-Le prochain journal de l'Up sortira le We des 15 et 16 septembre : vos articles sont bienvenus pour le 31 août au plus tard, merci
- La rentrée pastorale aura lieu le dimanche 30 septembre.
- Le prochain journal paroissial sera édité le WE des 29 et 30 septembre : vos articles sont bienvenus au plus tard le 12 septembre.


AU LIVRE DE VIE

Baptêmes  : Bienvenue dans notre communauté paroissiale aux 3 enfants qui ont été baptisés ces 26 et 27 mai : Sharon, Rafael et Maëlle.

Funérailles : Nous avons célébré en notre Église le " retourA-Dieu " de Monsieur Jacques Lorand de Rixensart, le vendredi 8 juin. Nos plus sincères condoléances à sa famille.


LE FOOTBALL : LA NOUVELLE RELIGION DU SIECLE ?

Chaque religion connaît ses jours de fête. Pour les chrétiens, c’est le dimanche avec l’eucharistie. Pour les fans du RSCA d’Anderlecht, du Standard ou des diables rouges, c’est le jour de leur match. C’est le sommet de la semaine qui fait oublier la grisaille quotidienne.
Chaque semaine, ils sont des dizaines de milliers à se déplacer en procession pour faire le pèlerinage vers le lieu de l’événement.
Les stades sont devenus de véritables sanctuaires, et les pèlerins modernes se rendent par milliers dans ces églises en plein air où l’autel ne se trouve pas devant, mais juste au milieu. Il n’est pas une table, mais un grand terrain vert sur lequel se déplacent 22 «prêtres » aux « chasubles numérotées ».
Le vrai adepte de cette nouvelle religion se prépare déjà à la maison à cette rencontre spirituelle : il s’habille avec les « couleurs » (liturgiques ?) de son équipe ; met le maillot de son joueur préféré ; se munit de l’écharpe prévue (leur étole peut-être) à cet effet et, à la place du livre de prière, il prend des instruments pour faire du bruit et adorer le dieu du foot. Par tous ces moyens, il s’intègre dans la communauté des croyants; on reconnaît sa « foi » de loin. C’est souvent en groupe qu’il se déplace, professant son « Credo » dans les rues, avant ou après le match.
Arrivé au stade, il s’échauffe spirituellement : il se prosterne devant le drapeau de son club et lève les mains vers le ciel comme un adepte de religion. Les mains ne sont pas jointes comme à l’église, mais les spectateurs les lèvent régulièrement, fidèles à une chorégraphie invisible digne d’un spectacle au théâtre. Les voix s’unissent et expriment une même émotion. Tous ensemble, tous ensemble …..on forme un seul corps, une seule âme.
Le football - une nouvelle religion ? Je ne suis pas jaloux, et je sais bien qu’entre les 90 minutes d’un match et les 50 ou 60 minutes d’une messe, comparaison n’est pas raison. Mais je me demande quand même si nous, en tant que chrétiens, ne pourrions pas apprendre certaines choses des accrocs du football : l’enthousiasme, l’engagement, la joie, le soutien mutuel...
Quand un amoureux d’Anderlecht ou des diables rouges rencontre pour la première fois un autre amoureux d’Anderlecht ou des diables rouges dans un stade, il ne faut pas cinq minutes pour qu’ils soient les meilleurs amis.
Et quand je rencontre une personne à la messe le dimanche, combien de temps me faut-il pour l’apprécier, m’intéresser à elle et me sentir uni à elle ? Et pourquoi je ne souhaite pas aller à l’espace-rencontre ou à Chevetogne (à la fête paroissiale) justement pour rencontrer les autres et agrandir le cercle de mes amis ? Les meilleurs amis avec qui je partage la même foi ?

Abbé Tchuma Kagoma Amundala, Curé


SOYEZ DANS LA JOIE ET L’ALLEGRESSE :
exhortation apostolique du Pape François (9 avril 2018)

 

Après la joie de l’annonce de l’évangile (Evangelii gaudium) et la joie d’aimer en famille (Amoris laetitia) voici la joie de la sainteté. Et cette joie d’être un saint n’est pas une option nous dit-il, car chacun de nous peut et devrait la ressentir.
D’emblée, le Pape François nous avertit qu’il ne faut pas s’attendre à un traité sur la sainteté. Le ton de cette exhortation est d’une simplicité déconcertante. Il nous transmet le message évangélique dans toute sa simplicité sans recours à de grandes réflexions théologiques. Il tutoie ses lecteurs et leur parle des « saints de la porte d’à côté », de la sainteté que l’Esprit Saint répand partout « dans le peuple fidèle » de Dieu.
Le but avoué du pape François à la fin de la centaine de pages de ce petit fascicule, est de promouvoir le désir de sainteté. Mais il ne veut pas d’une sainteté de musée ou de bouquin. Non ! « à chacun sa route ». Et ce faisant, le Pape bouleverse la définition de la sainteté : c’est désormais du « sur mesure » pour tous et non plus du « prêt à porter » pour une élite.
La sainteté dont il s’agit est humble et simple : « c’est la sainteté des petits gestes »….

« Être pauvre de coeur, c’est cela la sainteté ! »
« Savoir pleurer avec les autres, c’est cela la sainteté ! »
« Regarder et agir avec miséricorde, c’est cela la sainteté !
« Semer la paix autour de nous, c’est cela la sainteté ! »

Et parce qu’il faut que chaque croyant discerne son propre chemin et mette en lumière le meilleur de lui-même, sans s’épuiser en cherchant à imiter quelque chose qui n’a pas été pensé pour lui, François conclut son exhortation par de très fortes pages sur le discernement.
Je ne peux donc que conseiller très vivement la lecture de cette exhortation. Pour vous y aider, nous avons approvisionné un stock de ces fascicules que vous pourrez vous procurer dès maintenant à la sacristie au prix de 5 € l’unité.

Michel Tonglet


Lu pour vous :
LA FRATERNITE DES SERVITEURS SOUFFRANTS

Un livre dont le titre est « Quand je suis faible, je suis fort »
( Ed. Bayard) m’a marqué. Il a été écrit par Thierry Verhelst et Anne Dubrocq durant la longue maladie de Thierry Verhelst (une sclérose amyotrophique, qui a atteint progressivement tous ses muscles et a conduit à son décès en avril 2003). Dans ce livre, il parle plusieurs fois de la fraternité des Serviteurs souffrants.
Voulant en savoir plus, j'’ai interrogé la veuve de Thierry, qui m’a expliqué que cette fraternité, qui s’est développée partout dans le monde, à partir du Brésil, a été introduite en Belgique entre autres grâce à son couple. La fraternité s’enracine dans la relecture des 5 chants d’Isaïe. Elle a été créée au Brésil par Frédy Kunz.
Frédy Kunz est ce prêtre, qui a vécu parmi les exclus au Brésil « Les pauvres sont en train de prophétiser pour que les riches changent de vie, car les vrais malades ce sont les pays riches ».
Il a prêché des centaines de retraites aux prêtres, religieuses, étudiants, supérieurs religieux, communautés de base. En 1988, Frédy quitta le Nordeste pour rejoindre une équipe des Fils de la Charité à Santo André, une ville industrielle du grand Sao Paulo. Il établit ses quartiers dans une baraque de la favela Lamartine. En 1995, pour son soixante-quinzième anniversaire, il rejoint les souffrants de la rue, dormant sur un carton, pendant plusieurs mois, jusqu’à ce que son état de santé le lui interdise.
D’après les Fils de la Charité et Michel Bavarel, Frédy confia un secret merveilleux à Regina, une jeune religieuse qui faisait profession à la Communauté protestante de Grandchamp, en Suisse : "Un jour, ma petite, tu rencontreras un homme sans beauté, sans rien pour attirer le regard, comme s'il était une ordure de l'humanité. Alors, là, ne te sauve pas. N'aie pas peur, approche-toi. Mets-toi à genoux et dis : « Parle, Seigneur, ta servante écoute ». Et là, le Bien-Aimé te dira des choses ineffables, tellement belles. Un secret merveilleux. Ce sera la grâce de ta vie. "
Petite et mal fichue, la fraternité (comme la décrivait Frédy Kunz). Son emblème est une chemise rayée de couleurs bleue délavée et blanche (chemise des camps de prisonniers nazis), avec le n° matricule 16670 de Maximilien Kolbe (mort de faim à Auschwitz à la place d’un autre prisonnier. Il a été choisi comme signe du Serviteur qui va donner sa vie pour ses frères et ses bourreaux).
J’ai adhéré à l’équipe belge francophone des Serviteurs souffrants en avril 2017, dont le but de vie me semblait extraordinaire : les paroles de Frédy Kunz, mises ci-avant en gras m’ont profondément émues et à elles seules, m’ont décidé.
Les réunions ont lieu chez l’un ou chez l’autre, tous les 2 mois environ. Le matin, on partage ce qui fait notre vie. L’après-midi, on discute par rapport à notre vie concrète du pas que nous essayons de faire ensemble (nous en sommes pour l’instant au troisième. Il y en a cinq, repris ci-dessous) .
Faute de place, je ne détaille que le 1er :
Cinq pas de la Fraternité des Serviteurs souffrants
Premier pas: Dieu appelle son serviteur (Is 42,1-9).

- Recherche, où tu vis, le peuple des souffrants, des humiliés, choisis pour être lumière du monde.
- Participe à des mouvements de défense et de libération de toutes les oppressions.
- Lutte contre le matérialisme et ses illusions: argent, pouvoir, privilèges, consommation.
- Habitue-toi à la prière du coeur, en toute circonstance.
- Vis simplement, avec peu et même, accepte peut-être d'aller vivre au milieu des pauvres.
Deuxième pas : Le serviteur accepte sa mission (Is 49,1-6).
Troisième pas: Le serviteur résiste à l'oppresseur (Is 50, 4-9).
Quatrième pas: Passion et victoire du Serviteur (Is 53, 1-12).
Cinquième pas : Une terre nouvelle où habitera la justice (Is 65,17-23).

Bien à vous, chères paroissiennes, chers paroissiens.

François Visart


PRIER dans et autour de notre paroisse

Vous ne savez que faire à certains moments cet été ?
Tous ces moments de prière continuent en juillet-août :

Dans notre Eglise Saint-Pierre :

-Le premier samedi du mois à 9h00, messe avec consécration à Marie
(précédée à 7h30 du rosaire)
-Adoration :
Tous les jeudis à 8h00 (juste après la messe)
Tous les derniers samedi du mois, vigile de 22h00 à 6h00 du matin :
- chapelet
- chemin de croix
- adoration

et autour de nous, sans être exhaustifs :

-Tous les samedis à 17hOO, chapelet aux pieds de la statue de la Vierge à l'Eglise Saint-François Xavier de Bourgeois
-Chaque dernier dimanche du mois à 18h00: prière dans l’esprit de Taizé à la chapelle adjacente à l'Eglise de Genval Saint-Sixte
-Adoration : le premier dimanche du mois après la messe de 10h00 à l'Eglise Saint-André de Rosières
-Groupes de prière du Renouveau charismatique

Et si vous ne savez encore que faire, pourquoi pas choisir une retraite, une session, un rassemblement de jeunes, de familles, de chrétiens, un pèlerinage, le choix est vaste, voyez par exemple sur les panneaux d'affichage dans le porche, ou sur la table au fond de l'église.


MIETTES SPIRITUELLES....
Les dix commandements de la joie

La joie à Dieu demanderas
Chaque matin fidèlement.

Calme et sourire montreras,
Même en cas de désagrément.

En ton coeur, tu te rediras :
« Dieu qui m'aime est toujours présent ».

Sans cesse, tu t'appliqueras
À voir le bon côté des gens.

La tristesse tu banniras
De toi impitoyablement.

Plainte et critique éviteras ;
Il n'est rien de plus déprimant.

À ton travail tu t'emploieras
D'un coeur joyeux allègrement.

Aux visiteurs réserveras
Un accueil bienveillant.

Les souffrants réconforteras
En t'oubliant totalement.

En répandant partout la joie,
Tu l'auras pour toi sûrement. Ainsi soit-il.

Père Gaston Courtois (1897-1970),

Prêtre qui lança un journal « Coeurs Vaillants » destiné aux garçons de 8 à 14 ans des Patronages Catholiques avec un esprit de chrétienté et d’unité, de missionnaire, de partage, d’équipe et d’entreprise qui va s’organiser en « Association des Coeurs Vaillants et Âmes Vaillantes de France »


«C’est la messe qui m’a sauvé.»

Stan Rougier, prêtre et écrivain français, a raconté un jour ce qui lui était arrivé lors d’un séjour en Inde où il s’était rendu pour y donner des conférences.
Profitant d’une période plus calme, il prit son sac à dos pour se promener dans la forêt. Il arriva près d’une rivière et comme il faisait chaud, il déposa son sac et ses habits pour se jeter à l’eau. Mais quelle ne fut pas sa surprise, au sortir de la baignade de constater qu’on lui avait tout volé. Il ne lui restait plus que son slip de bain!
Après s’être renseigné, il frappa à la porte d’un presbytère :
-Je suis prêtre, et voici la déconvenue que je viens de vivre!
-Qu’est-ce qui me prouve que vous êtes prêtre? Avez-vous des papiers?
-Euh! Non, ils m’ont été volés......Et si je vous récite la messe, allez-vous me croire ? Il a alors récité la messe en latin – c’était avant le concile Vatican II – et le prêtre l’a accueilli en lui donnant de quoi se vêtir.
Stan dira plus tard: «C’est la messe qui m’a sauvé.»

L’Eucharistie nous sauve! Mais en quoi me sauve-t-elle?

Il est clair que le pain de chaque jour, ainsi que ce que les autres m’apportent lors de mes rencontres quotidiennes, je vais l’assimiler intérieurement, ce qui va façonner mon être physique et spirituel.
Il en va de même avec l’Eucharistie. La rencontre du Christ vécue à travers les autres, la prière, sa Parole et son Pain va progressivement transformer mon être intérieur.
Je serai davantage ‘christifié’, ce qui me permettra d’entrer plus avant dans le salut promis.

Frère Albert ANDRE


Nous vous souhaitons un bel été

Pensons aussi à rendre visite à ceux et celles qui restent seules et sont encore plus isolées, pendant ces deux mois où beaucoup de services et de magasins sont fermés.

Le Comité de rédaction,
Françoise Hulet à votre service
Paul Spies (pour la relecture et mise en page).
Le Monastère des Bénédictines de Rixensart (pour l'excellent service d'impression),
et tout particulièrement Milou Bonaventure.

Ce journal est le vôtre. N'hésitez pas à envoyer vos articles ou informations svp
(pour le prochain, le 31 août au plus tard svp)

Nous aurions besoin de renfort dans le comité de rédaction, svp.

kimbelekete@gmail.com

Visitez aussi le site de notre Unité Pastorale

www.bourgeros.be

info@bourgeros.be

 


Editeur responsable : Abbe KAGOMA AMUNDALA Tchuma, Curé