Journal de la Paroisse Saint-Pierre

N° 436, Pâques 2019

saint-pierre genval


Abbés Tchuma Kagoma et Jean-Claude Sakanya
Rue de la station, 30
1332 GENVAL

kimbelekete@gmail.com

Tél ; 02 653 84 32

Secrétariat : 0474 20 80 76


Heures des Messes:
DU 27 AVRIL AU 1er JUIN:
A SAINT-SIXTE
- A 18h30 le samedi
- A 10h30 le dimanche

A PARTIR DU DIMANCHE
2 JUIN: A SAINT-PIERRE
- A 18h le samedi
- A 10h00 le dimanche

LE DIMANCHE 12 MAI à l'église St-Fr. Xavier de BOURGEOIS:
- A 10h: Une seule messe pour toutes les paroisses de l'Unité Pastorale. Les jeunes y recevront le sacrement de la Confirmation.

Sommaire
 

Editorial :

LA LUMIERE DE PÂQUES,
LUMIERE A RÉPANDRE

La Passion de l'amour du Christ, c'est ce nouveau buisson ardent qui brûle sans se consumer, un feu qui doit se répandre.
Il nous apporte le grand feu vivant de l'amour de Dieu qu'est l'Esprit Saint, c'est un feu qui éclaire, qui purifie, qui libère, qui fait grandir. Être chrétien, c'est risquer de s'exposer à ce feu-là avec confiance.
Pâques est tout à la fois la lumière qui permet de sortir de l'injustice du monde et l'exhortation à suivre et diffuser cette lumière.
La foi qui prend conscience de l'amour de Dieu qui s'est révélé dans le coeur transpercé de Jésus sur la croix, suscite à son tour l'amour.
Il est l'unique lumière qui illumine sans cesse un monde dans l'obscurité et qui nous donne le courage de vivre et d'agir. L'amour est possible car nous sommes créés à l'image de Dieu.
Nous sommes donc invités à vivre l'amour et faire entrer la lumière de Dieu dans le monde, dans nos familles, nos lieux de travail, notre communauté paroissiale.
La fête de la résurrection du Christ célèbre la présence vivante de celui qui nous rassemble pour qu'à notre tour nous vivions : « vous me verrez vivant et vous vivrez vous aussi » (Jn 14,19)
C'est donc dans la lumière de Pâques que les chrétiens se reconnaissent vivants « la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jn 17,3).
Dans la résurrection du Christ, c'est toute l'humanité qui se relève. La résurrection crée le nouveau peuple de Dieu, crée la nouvelle et universelle communauté des hommes.

Que la fête de Pâques, Seigneur, ravive notre foi!
Que la lumière, Christ ressuscité, chasse nos ténèbres! 

Abbé Kagoma Amundala Tchuma, Curé


LE TOMBEAU EST VIDE !

Le vendredi avant la Pâque, il y a affluence au Temple pour faire égorger et rôtir l'agneau pascal conformément aux prescriptions que Dieu avait données à Moïse, le soir du départ d'Egypte (cf. Exode 12). Vers la neuvième heure, au moment où Jésus expire sur la Croix, «  le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas  » (Matthieu 27,51)
Les officiants depuis la ‘cour des prêtres', les juifs, habitants de Jérusalem et pèlerins, depuis le ‘parvis des hommes', tous, ils découvrent le ‘Saint des Saints', la deuxième pièce du Temple réservée jusque-là à Dieu, seul le Grand-Prêtre pouvait y pénétrer une fois par an, le jour du grand Pardon. Devant les yeux de tous, cet espace apparaît : il est vide !
Dès que cela est possible – après le sabbat – «  Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin  » (Jean 20,1). La lourde pierre qui fermait le tombeau a été enlevée ! Prévenus, Pierre et ‘l'autre disciple' accourent au sépulcre. Pierre entre, le tombeau est vide ! Il voit les linges posés à leur place mais il ne comprend pas. ‘L'autre disciple' entre à son tour et en constatant que le corps de Jésus n'est pas là, ‘Il voit et il croit' (cf. Jean 20,8).
La Résurrection du Fils dans notre chair glorifiée ouvre une nouvelle perspective à la foi : le ‘Saint des Saints' vide et le tombeau vide indique que Dieu n'est pas localisable. « Où faut-il adorer ? » demandait la Samaritaine (cf. Jean 4,5-42). « Dieu est esprit, et ceux qui l'adorent, c'est en esprit et vérité qu'ils doivent l'adorer. » fut la réponse de Jésus. Il n'est pas nécessaire d'aller dans un lieu particulier, Jérusalem ou autre, pour adorer Dieu : «  quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret » (Matthieu 6,6).
Désormais, ce n'est plus un bâtiment construit par l'homme qui assure la présence et le trône de Dieu dans le monde, c'est l'assemblée des croyants : « En effet, quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux.  » (Matthieu 18,20). Les disciples ensemble constituent le véritable Temple où le Père est adoré : « Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint » (1 Pierre 2,5 a).
Le ‘Verbe fait chair', né d'une femme, est présent en tout homme, en particulier ceux qui ont besoin d'être aidés : « chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. » (Matthieu 25,40)
La Résurrection de Dieu le Fils est le garant de notre propre résurrection lorsque le Christ reviendra dans la Gloire du Père : « Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. » (Jean 14,3). Dans la joie de cette espérance, nous faisons mémoire de Lui : « chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. » (1Corinthiens 11,26)

Abbé Kagoma Amundala Tchuma, Curé


POURQUOI CHERCHEZ-VOUS PARMI LES MORTS CELUI QUI EST VIVANT ?
(LUC 24, 5)

Il fait encore nuit et pourtant l'aube commence.
Deux femmes vont au tombeau.
Deux femmes parce qu'il va s'agir d'"accoucher" d'un monde nouveau, d'enfanter une nouvelle humanité.
Dieu a de l'humour ; il se sert, dans la Bible, très souvent des femmes pour donner des leçons aux esprits forts.
Dans le monde, on s'obstine à parler de "faibles femmes", Dieu, lui, les choisit volontiers comme partenaires.
Dieu met son humour à ne jamais respecter l'ordre hiérarchique.
C'est le premier jour de la semaine : le lendemain du sabbat.
Les femmes, comme toutes bonnes juives, ont respecté la loi du repos. Maintenant, elles se rendent au tombeau, avec les aromates et parfums habituellement utilisés pour ensevelir dignement les morts.
Elles viennent là, en pèlerinage à la mort.
C'est le pèlerinage des regrets. Au fond, elles retournent en arrière. Elles sont en pèlerinage avec leur mémoire.
Il est vrai qu'on parle rarement au futur, dans les cimetières.
Mais une surprise énorme les attend.
D'abord, le tombeau est ouvert. La pierre a été déplacée, roulée. Qui l'a roulée ?
Craintives elles s'approchent ; le tombeau est vide.
C'est comme si la maison du mort était devenue la maison d'autres possibles.
La peur les habite et voilà que deux hommes, en vêtements éblouissants leur disent : "N'ayez pas peur. Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n'est pas ici, il est vivant, ressuscité, il est déjà ailleurs, il vous 'précède' en Galilée".
La maison du mort est devenue la maison du vivant.
Venues chercher leurs souvenirs au fond de ce tombeau, en fait, elles y trouvent leur avenir.
Le tombeau devient chemin ; la mort se fait lieu de passage.
Pâques veut dire "passage".
La mort avait laissé un vide, mais c'est d'un autre vide qu'elles font l'expérience.
Le vide créé par la disparition du corps de Jésus est source d'invraisemblable, "elles ne savaient que penser", "Simon-Pierre était déconcerté".
Elles commencent à pressentir que ce n'est plus le vide laissé par l'impossible, mais c'est le vide qui appelle tous les possibles.
Oui, le tombeau est vide, mais il est ouvert sur l'avenir.
La résurrection du Christ s'éprouve plus qu'elle ne se prouve.
Personne ne peut entrer dans le mystère de la résurrection de Jésus, bardé de ses certitudes, appuyé sur ses sécurités, arc-bouté sur ses assurances.
C'est par le vide, le questionnement qu'il nous faut entrer dans la foi.
Les disciples mettront du temps à se faire à la présence de Jésus, au-delà de la mort.
Pourquoi serait-ce plus facile pour nous ?
Commençons par admettre que Jésus n'est pas le prisonnier de nos prières, de nos schémas doctrinaux, de nos idéologies dogmatiques.
"Prisonnier du tabernacle" disait un cantique d'autrefois. Ce n'est pas vrai !
Nous le savons bien pourtant : la terre ne garde pas la semence, elle la produit ; le ventre maternel ne garde pas l'enfant, il le fait naître.
Et bien, le tombeau fait naître Jésus. Jésus enlevé, c'est de nouveau Jésus possible, mais déroutant, surprenant. Jésus parti, c'est un autre rendez-vous avec lui, ailleurs, dans la vie des humains, avec leurs espoirs, leurs questions, leur doute, leur partage.
Avec les deux disciples, déroutés, découragés, faisant route vers Emmaüs, leurs yeux s'ouvrent au geste de Jésus partageant le pain avec eux.
C'est qu'on ne communique pas la foi avec des mots, ni avec des discours.
Elle se vit avec d'autres dans le partage de la vie, dans la solidarité quotidienne, dans l'espérance partagée.
Une parole biblique dit cette chose : "Ne vous souvenez plus d'autrefois" et "Voici que je fais toutes choses nouvelles".

Abbé Paul  Malherbe
Namur 1935-2018


LES FEMMES, TEMOINS DE LA RESURRECTION

Lorsque l'on se penche sur les récits de la résurrection, nous disait un prêtre dans son homélie, on est frappé par la place importante prise par les femmes. Les premières personnes qui ont vu Jésus ressuscité, ce sont les femmes. En effet, Marie-Madeleine et ses compagnes se sont levées de bonne heure pour aller laver le corps du Seigneur, lui donner une sépulture digne, le parfumer, ce qu'elles n'ont pas pu faire le vendredi, à cause du sabbat.
Des mauvaises langues disent que Jésus est apparu d'abord aux femmes afin que la nouvelle se répande plus vite !
Eric Emmanuel Schmitt, écrivain, a certainement une autre explication, plus plausible : « Tout ce que les hommes ont construit prend sa source, le plus souvent, dans la peur de l'autre. Or la force du christianisme c'est de dénoncer cette peur et d'oser affirmer que les rapports humains pourraient se fondre dans l'amour. Il y a une dimension féminine dans le message du christianisme qui, face à la haine, à la rivalité, à la jalousie, à l'agressivité des hommes, propose des valeurs comme la tendresse, le soin de l'autre, le respect du corps, l'engendrement… »
Il touche ici, me semble-t-il, à un point essentiel de la psychologie de l'être humain qui a quelque chose à voir de très près à l'incarnation du Christ.
Les hommes ont tendance à faire dans leur corps l'expérience du temps qui s'écoule et va vers la vieillesse, vers la mort. Chez la femme, autre chose se passe plus profondément. Lorsqu'elle attend un enfant, elle fait l'expérience du temps qui coule, non pas de la vie vers la mort, mais un temps qui va vers la naissance, vers la vie.
Peut-être, est-ce pour cela, que les femmes, à l'aube du matin de Pâques, plus que les hommes, ont compris ce que Dieu venait inaugurer en Christ : Il est vivant !
Il ne leur restait après cela – comme toutes les femmes ayant enfanté – d'annoncer à toutes et tous, avec une joie indescriptible : Il est vivant !
Nous sommes vulnérables et nous le savons. Et pourtant, c'est dans cette vulnérabilité où nous pensons avoir tout perdu que – si nous l'acceptons, en laissant notre orgueil au porte-manteau – nous sommes rejoints par une présence qui peut dire la résurrection à travers la grandeur mais aussi la fragilité de l'amour ! Ainsi donc, contrairement à ce que nous pourrions croire, nos ratages, nos terres dévastées peuvent devenir, à notre insu, « un terreau de tendresse en qui est enfouie la promesse qui nous met au large. »
Quelqu'un disait que « Les déchirures les plus douloureuses sont aussi celles qui donnent passage à la lumière la plus vive. »
Et Jean Sulivan d'ajouter : « Ne liquidez pas trop vite vos blessures : elles peuvent, si vous en avez la grâce et le courage, donner naissance à des ailes. »

Que la grâce de Pâques nous habite,

Frère Albert André, mariste.


DES PASTEURS SELON MON COEUR :
ENVOI EN MISSION

Notre communauté paroissiale a participé au WE pastoral « Des Pasteurs selon mon coeur sur la conversion missionnaire », les 16 et 17 mars 2019 à la Basilique de Koekelberg.
Les enseignements étaient axés sur deux points fondamentaux : des vitamines pour ma Foi et un souffle nouveau pour mon Sacerdoce. A ce week-end, nous n'étions pas seuls du Brabant Wallon, il y avait aussi la communauté paroissiale de Tubize. D'autres équipes étaient venues de toute la partie francophone du pays pour clôturer ce premier parcours « Des pasteurs selon mon cœur ». A nos côtés, il y avait aussi une communauté de Bruges et une des Pays Bas.
De quoi s'agit-il ? En très bref, c'est un cheminement, une formation sur la vision et le gouvernement pastoral destinée aux prêtres, et concoctée, d'abord en France, par ALPHA et TALENTHEO. Conscients de l'urgence de l'évangélisation et de la formation des responsables paroissiaux à cet appel, ces deux associations ont mis au point un coaching très professionnel, fondé notamment sur les Actes des Apôtres (2, 42-47) ; sur le document épiscopal d'Aparecida en 2007 ; et sur l'exhortation apostolique du pape François Evangelii Gaudium.

L'objectif est simple et ambitieux. Dans nos paroisses, il s'agit de favoriser  le passage d'une pastorale de conservation à une pastorale missionnaire, ce qui implique une conversion à quatre niveaux :

personnelle de chacun
du pasteur
de la relation prêtre-laïc
du rôle des pasteurs dans le « gouvernement pastoral ».

Pour la grande finale qu'était ce WE, les dix prêtres en formation avaient été invités à se faire accompagner de leurs équipes afin de vivre ensemble un moment intense de formation, de prière, de dialogue et de réorientation paroissiale. Guidés par des coaches chrétiens et spécialisés, les participants ont travaillé intensément sur de nouvelles perspectives paroissiales et ecclésiales fascinantes pour l'avenir de l'Église.
Pour la centaine de personnes présentes, la première découverte fut celle des « 5 essentiels », c'est-à-dire le terreau nourricier de la croissance spirituelle dont chaque paroisse, et chaque service pastoral en son sein, doivent vivre pleinement :

    la prière,
    la fraternité,
    le service,
    la formation
    et la mission évangélisatrice.

C'est ainsi que l'on pourra former des disciples-missionnaires qui contribueront à dynamiser et faire grandir nos communautés.
Ensuite, la deuxième découverte était : le processus de croissance et d'accompagnement pastoral qui permet à chacun de découvrir, puis de grandir dans sa foi jusqu'à devenir disciple-missionnaire et enfin, (3e découverte ) le choix et la mise en oeuvre d'une vision pastorale  adaptée et inspirée pour la paroisse en tenant compte de son contexte propre.
Chaque apport théorique était suivi d'exercices pratiques, de réflexions pour l'adaptation dans chaque groupe paroissial ou groupes de paroisses.
L'évangélisation ne se limite pas à la décision, mais requiert l'action !
Tous les participants sont repartis vers leurs lieux paroissiaux avec, dans la tête, une foule de projets et, dans le coeur, un intense désir missionnaire. Les prêtres ont eu la joie de ressentir combien leurs fidèles… leur étaient fidèles, ce qui ne pouvait que les encourager dans le contexte difficile que l'Église vit actuellement.  On a bien compris qu'il ne s'agit pas de chambouler complètement les activités paroissiales, mais de changer la manière de les articuler et de les vivre.

Il ne reste plus qu'à espérer :

espérer que tout cela se traduira par une meilleure annonce de la Bonne Nouvelle,
espérer que cela aidera l'Église à retrouver des couleurs.

Article de Philippe Fontaine et Georges Bouchez,
Résumé par Abbé Tchuma KAGOMA AMUNDALA

Et à la sortie de la messe dominicale à la Basilique, chaque participant a reçu une pantoufle.... et avec celle-ci, un petit carton avec cette prière :
« Seigneur Jésus, tu es venu inaugurer sur terre ton royaume d'amour, de partage, de paix et de fraternité. Cette mission reçue du Père, tu l'as confiée à tes disciples.
Aujourd'hui l'église nous appelle à annoncer la Bonne Nouvelle au monde. Ce monde, de tant d'hommes et de femmes au coeur blessé en mille morceaux, attend celui qui offre la guérison des coeurs.
Tu nous appelles à devenir des disciples missionnaires pour aider le monde à s'ouvrir à toi qui est le don de la paix, de la miséricorde et de la fraternité.
Seigneur, que ta mission devienne le coeur de nos préoccupations et celle de l'Eglise répandue dans toutes les nations.
Envoie-nous vers nos soeurs et nos frères, dans toutes les périphéries afin de témoigner de la foi et annoncer ton évangile, parole d'espérance de de vie.
Fais-nous sortir à la rencontre de tant de gens qui ignorent que tu nous aimes et que tu veux notre bonheur pour la construction d'un monde meilleur.
Envoie sur nous ton esprit pour que nous ayons le courage, l'audace et la force d'être disciple-missionnaire.
Nous te le demandons par Jésus ton grand missionnaire avec nous aujourd'hui et pour les siècles des siècles. Amen »


L'ÉGLISE :
UN SYSTEME QUI S'EFFONDRE

Les affaires de pédophilie, d'abus sexuels, de double vie, de destruction de dossiers compromettants en sont le révélateur. Se transformer radicalement ou mourir, tel est le choix.

L'Église ne va pas bien, l'Église catholique. Les affaires de pédophilie, d'abus sexuels, de double vie, de destruction de dossiers compromettants qui éclatent dans la presse en sont le révélateur. Une culture de l'abus et du silence s'est mise en place, un système s'est érigé à l'opposé du message originel. Jusqu'au sommet de l'Église, éclate en plein jour des incohérences qui semblent parfois totales. La crise est d'envergure. Il reste sans doute de fidèles serviteurs, mais les scandales sont décidément trop scandaleux.

En matière de pédophilie, la loi de l'omerta a régné et règne sans doute encore. On a trop souvent fait passer l'institution avant les victimes elles-mêmes. Mais ce n'est pas de ces drames que je veux parler ici, mais du système lui-même. L'Église, qui a l'habitude d'inviter le monde entier à la conversion, devrait comprendre que c'est d'une transformation radicale qu'elle a elle-même besoin. Le Pape a pris amplement la mesure de cette crise majeure et a rassemblé, à Rome, les hauts dignitaires de l'Église. Ce sommet laisse encore les victimes sur leur faim et l'on attend les mesures de définitives, ainsi que la vérification par les actes. Mais c'est quand même un pas important.

Cela dit, c'est tout le système qu'il faut revoir. L'Église, dans son organisation, est devenue un corps de spécialistes qui font carrière. Elle s'est structurée à la verticale, de manière pyramidale et hiérarchique, nous imposant des pères et des maîtres. Le pape François, dans des mots parfois très durs, stigmatise ce cléricalisme. C'est précisément ce que Jésus a combattu. Il voulait faire de nous tous des frères. " Scribes et pharisiens hypocrites ", clama-t-il.

C'est à tout le système que j'en veux, un système qui atteint sa limite extrême et qui étouffe le meilleur de ces personnes qui se sont engagées à son service. Un système qui, dans le cadre de la pédophilie, est devenu criminel. Tout doit donc changer. Et c'est une question tellement plus vaste que l'ordination des hommes mariés : n'a-t-on pas donné trop de pouvoir aux prêtres ? Et ils se sont laissé faire ! Le pouvoir a en effet ses charmes.

Se transformer radicalement ou mourir. Tel est le choix. On a mis trop de poids sur les rites, les dogmes, la hiérarchie, oubliant que le christianisme est un style de vie, celui de Jésus, et un art de vivre en société dans la fraternité et l'entraide. Le Christ n'est pas venu fonder une institution de plus. Il a voulu toucher le cœur de l'homme.

La situation actuelle m'attriste profondément, car c'est mon Église et le Christ lui-même y est en souffrance. Ne généralisons cependant pas. Même si le système est obsolète, il y a toujours des anonymes qui vivent de l'Évangile et qui empêchent le monde lui-même de sombrer. Et il y a aussi des signes d'espoir : le courage du pape François et tout simplement le fait que ses affaires apparaissent enfin au grand jour. Heureusement, dirait le cardinal De Kesel, que tout cela est arrivé à la connaissance du public…

Je ne voudrais pas pour autant me désolidariser du corps quand il est blessé. Au contraire. L'Église n'a jamais eu autant besoin de nous. Rappelons qu'elle n'est pas une institution, mais une  koinonia , c'est-à-dire un réseau de petites communautés qui, à la base, essayent de vivre de l'Évangile. Un minimum de structure est nécessaire pour maintenir la communion, sans doute, mais il faut qu'elle reste la plus légère possible et ne détourne pas le regard de l'essentiel.

J'y reste donc alors que certains font le choix de l'apostasie. On ne s'engage d'ailleurs jamais que pour des causes imparfaites, celles qui sont parfaites n'ont pas besoin de nous ! J'y reste parce que j'y ai reçu le meilleur, l'Évangile, et que je continue à y vivre le meilleur de moi-même. N'est-elle pas, pour moi, non pas d'abord une institution, mais des liens, une multitude de visages, de personnes qui comme moi veulent mettre leurs pas dans les pas de Jésus, chacun faisant de son mieux?

Charles Delhez, le 26/02/2019  
Texte communiqué par Michel 


COMMUNICATIONS
de l'équipe d'animation paroissiale

Chers paroissien(nes),

Comme vous le savez, la composition de notre EAP a été modifiée en ce début d'année, suite au départ de trois de ses membres : Christiane CHERPION, Jeanine DAVID, et Didier BURY (ancien modérateur de l'équipe). Nous les remercions très très chaleureusement pour toutes ces années de dévouement partagées dans cette équipe.

L'équipe d'Animation se compose actuellement de:

L'abbé Tchuma Kagoma, curé
Alain David, diacre de l'UP
Thérèse Blondiaux,
Françoise Hulet,

auxquels se sont joints 3 nouveaux membres:

Martine David, secrétaire paroissiale,
Christina Dal,
et Christophe Craye, membre du Comité des fêtes et de la chorale du dimanche.

Une équipe de 7 personnes au service de N(V)OTRE paroisse !

Dernières décisions:

Désormais, aux messes du samedi et du dimanche, nous dirons le plus souvent ensemble: les oraisons, un credo adapté à l'évangile du dimanche et une prière eucharistique partagée.

N'hésitez pas à faire part de vos souhaits à l'un ou l'autre membre de l'Equipe. Nous sommes à votre service.

Abbé Kagoma Amundala Tchuma, Curé


UN NOUVEL EVEIL DE L'ŒCUMENISME

Le 19 janvier dernier, la "Semaine de Prière dans l'unité " fut marquée par un bel événement.

  • Rassemblement au Monastère des Bénédictines dans la salle des icones avec le Père Evangelos Psallas (prêtre orthodoxe) qui mit le doigt sur l'essentiel: "Nos pratiques sont différentes, mais notre foi en Jésus-Christ est ce qu'il y a de plus précieux. C'est ce qui nous rassemble."

  • Un parcours à pieds de 2 kilomètres vers le Temple de Rixensart avec des échanges fraternels et si enrichissants.

  • Un culte célébré au temple par plus de 125 personnes avec les interventions de gens de toutes confessions dans une ferveur communicative. Depuis plus de 50 ans que je suis chef de choeur, j'ai rarement perçu un tel enthousiasme avec des voix si engagées et si unanimes. Quelle atmosphère !

  • Une collecte en faveur du mouvement "Foi et lumière" qui permit d'offrir près de 300 € à cet organisme qui accompagne des personnes handicapées sur le chemin de la foi.

  • Et ensuite, un bon moment de convivialité avec partage d'un repas pique-nique.

Cela fait des années que nous aspirions à ce que les responsables des paroisses répondent aux propositions de notre groupe (qui compte - depuis 2007 - des représentants protestants, catholiques, orthodoxes et anglicans) et qu'il acquière ainsi des dimensions plus larges.

Et voilà que le miracle se produit !

Vincent della Faille (curé de La Hulpe) et Yolande Bolsenbroek (pasteure) se sont engagés avec beaucoup de détermination, non seulement pour que les églises des différentes confessions de notre région se connaissent mieux, mais aussi pour qu'elles collaborent et réalisent des projets communs:

  • Intégrer les jeunes dans ce mouvement oecuménique avec des catéchistes prêts à les y aider.

  • Intensifier les échanges entre les paroisses des différentes confessions (échanges de prédications ou témoignages réciproques).

  • Proposer des partages de lectures bibliques communes qui, dans un premier temps, se tiendraient au temple (les jeudis 11 avril, 19 mai et 10 juin prochains)

  • Echanger entre paroisses les journaux paroissiaux afin d'informer catholiques, protestants, orthodoxes de ce qui se vit dans chaque communauté.

  • Préparer, en concertation, dès juin prochain, les activités qui se concrétiseront en janvier 2020 lors de la "Semaine de prière dans l'Unité".

Si vous vous sentez concernés, rejoignez-nous lors de ces diverses initiatives.

Paul Spies


NOTRE NOUVEAU FILLEUL
MARCO ANTÔNIO

Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais nous allons au fil des mois apprendre à le connaître, à le soutenir par nos prières et par notre aide.
Notre nouveau filleul est né le 4 avril 2001 dans une famille pauvre de quatre enfants. Il a deux soeurs un peu plus âgées et une soeur jumelle. Son père, sans formation, n'a pas de travail fixe. Il fait comme on dit des petits boulots de tous genres. Sa maman travaille dans un petit atelier de couture, ou se fabriquent des uniformes scolaires et elle gagne le salaire minimum. Marco Antônio a été accueilli à Crianças do Mundo en 2009 à l'âge de huit ans. Il a fréquenté le Centre d'Activités pendant sept ans en tant qu'enfant et depuis trois ans, il est moniteur, aidant le professeur d'éducation physique dans les activités sportives des enfants de Crianças. Maintenant que Michel van der Meersch a de gros soucis de santé, Marco le remplace au moment des transports des enfants en bus ou au moment des douches.
Marco a terminé ses études secondaires en décembre dernier, en étudiant le soir. Il est maintenant inscrit à l'Université UNILESTE dans la ville de Coronel Fabriciano. Il a choisi les études de Droit.
Marco est un garçon très sérieux et volontaire qui ira loin. C'est du moins ce que nous lui souhaitons.

Michel

Pour toute information : Paul et Brigitte WILKIN van WESSEM
Av. du 4 mai, 14 - 1380 OHAIN - GSM 0474 86 30 05 pbwil@yahoo.fr
www.criancasdomundo.org n° de compte BE06 0882 1090 0122. (déduction fiscale dès 40€ versés). MERCI.

CONCERT
Venez aussi très nombreux au superbe concert de piano et chant qui sera donné au profit de l'Oeuvre "Crianças do mundo", le samedi 27 avril à 20h00 au Gymnase de Bella Vita, allée des artistes, 1 à 1410 Waterloo (voir affiche au fond de l'Eglise). Réservations : info@clubbellavita.be , 02 318 58 12 (20€).


AU LIVRE DE VIE

Nous avons célébré en notre Église le retour "A-Dieu" et accompagné les familles et amis de :

Mr Georges Vanhamme de Rixensart, le 3 janvier
Mr Michel Anastasiades de Genval, le 10 janvier
Mme Andrée Kuborn de Rixensart, le 5 mars
Mr Christian Huart de Genval, le 11 mars
Mme Georgette Lonneville de Genval, le 15 mars
Mme Christiane de Wilde, de Genval, le 16 mars.


UN LIVRE A DECOUVRIR

URBI ET ORBI
d'Olivier Merle
Editions de Fallois (12/10/2016)

Dès le premier contact avec ce roman, j'ai été tenté d'en abandonner la lecture. Les dialogues inventés par l'Auteur me semblaient assez peu vraisemblables et ses descriptions plutôt fantaisistes.
Mais en persévérant, on apprend des faits fort intéressants basés sur des témoignages historiques, sur les lettres de Paul (écrites plusieurs dizaines d'années avant les évangiles), sur les Actes des apôtres (écrits vers 80 de notre ère), sur les écrits de l'historien du 1er siècle, Flavius Josèphe et d'autres.
Que de tensions entre les différentes catégories de croyants !

  • Il y a les juifs qui croient au Christ-Messie d'Israël mais restent très attachés à la loi de Moïse, à la circoncision et aux interdits alimentaires.

  • D'autres juifs convertis acceptent les païens qui reconnaissent le Christ et cela, sans leur imposer la circoncision. Jacques le juste, le frère de Jésus, en est le chef incontesté.

  • Un 3e groupe accueille les étrangers, qu'ils soient grecs ou romains, sans leur imposer les règles alimentaires ni la circoncision. Paul et Timothée en sont les porte-paroles les plus influents.

  • Un 4e groupe est représenté par l'apôtre Philippe et son compagnon Barnabé. Ils ont dû fuir Jérusalem et ont rejeté le Temple. Réfugiés à Césarée et, suite à la rencontre d'un ministre de la Reine d'Ethiopie, ils se tournent vers un accueil encore plus universel. "Tu crois en Jésus, alors tu peux être baptisé".

On vit, avec l'Auteur, les querelles et les affrontements que l'Eglise primitive a dû vivre pour pouvoir s'ouvrir à l'universalité du message du Christ. On perçoit ces conflits et ces rivalités décrites à partir des passages des lettres de Paul, des Actes des apôtres et de l'Epître de Jacques ouvertement anti-paulinienne.
A côté de cela, les démêlés avec le pouvoir Romain et les démêlés avec les juifs ont également été très durs. La lapidation du diacre Etienne aux environs de l'an 33; la décapitation de Jacques, le frère de Jean et la lapidation de Jacques, le frère de Jésus; les emprisonnements répétés de Pierre et surtout de Paul, les lynchages auxquels ils ont échappés parfois de justesse, tout cela montre la violence des événements que les premiers chrétiens ont dû affronter.
Le roman s'achève sur la destruction du temple de Jérusalem par le pouvoir Romain, un événement qui, selon l'Auteur, a eu une portée considérable sur l'histoire de l'humanité.

Paul Spies


RE-CONNAITRE

Re-connaissance ? C'est connaître à nouveau, contempler de plus près, regarder avec une émotion renouvelée ce qui nous arrive de bien, de bon et de beau.
Chaque jour, si nous savons ouvrir nos yeux et surtout notre coeur, tout est dans l'attention - amoureuse - des petites choses de la vie:

  • le mot déplaisant qu'on ne dit pas,

  • le mot bienveillant qui touche,

  • le pardon d'une légère offense,

  • le refus immédiat d'une pensée d'échec,

  • cultiver la pensée créatrice qui donne vie et joie à l'autre et à soi-même,

  • dire et redire merci avec allégresse pour le cadeau de la vie à celui qui en est la source, et la transmettre en vivant de Lui.

Marcelle Auclair
Extrait proposé par Marie-Jeanne Quach


Réunions de la catéchèse

Au local paroissial, 30 rue de la Station à Genval:
à 16h30 groupe de la confirmation
à 17h30 groupe éveil et première communion
suivies de la célébration liturgique à 18h00
samedi 27 avril
samedi 11 mai
samedi 25 mai
samedi 15 juin


AGENDA DES PROCHAINS MOIS

 
AVRIL 2019

Lundi de Pâques 22 avril

Journée mondiale de la terre

"Au Seigneur la terre et sa plénitude,
Le monde et tout son peuplement"
Psaume 23

Samedi 27 et Dimanche 28 avril

18h30

 

10h30

Eglise St-Sixte

2e dimanche de Pâques

« Parce que tu m'as vu, tu crois.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

MAI 2019

Samedi 4 et Dimanche 5 mai

18h30

10h30

Eglise St-Sixte

3e dimanche de Pâques

  Jésus leur dit :
« Jetez le filet à droite de la barque,
et vous trouverez. »
Ils jetèrent donc le filet,
et cette fois ils n'arrivaient pas à le tirer,
tellement il y avait de poissons."

Samedi 11 mai

 

 

18h30

Eglise St-Sixte

Messe du 4e dimanche de Pâques

 
Dimanche 12 mai

Il n'y a pas de messe à l'église St-Sixte.

Dimanche 12 mai

10h

Eglise St-François-Xavier de Bourgeois

4e dimanche de Pâques

"Je suis, le bon Pasteur, dit le Seigneur ;
je connais mes brebis
et mes brebis me connaissent."

EN UNITE PASTORALE AVEC LES JEUNES QUI RECEVRONT LE SACREMENT DE LA CONFIRMATION

Ce même jour, c'est la
JOURNEE MONDIALE
DE LA COMMUNICATION

et en Belgique,
c'est la fête des mères.

Samedi 18 et Dimanche 19 mai

18h30

10h30

Eglise St-Sixte

5e dimanche de Pâques

     Je vous donne un commandement nouveau :
c'est de vous aimer les uns les autres.
Comme je vous ai aimés,
vous aussi aimez-vous les uns les autres.

Mardi 21 mai

JOURNEE MONDIALE
DE LA BIODIVERSITÉ.

Dans sa LETTRE ENCYCLIQUE
"LAUDATO SI"
sur la sauvegarde de la  maison commune,
le Pape FRANÇOIS invite tout chrétien à favoriser le développement durable
et la diversité biologique de notre planète!

Samedi 25 et Dimanche 26 mai

18h30

10h30

Eglise St-Sixte

6e dimanche de Pâques

"Le Défenseur,
l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom,
lui, vous enseignera tout,"

Mercredi 29 mai
18h30
Eglise St-Sixte

Messe de la veillée de l'Ascension

Jeudi 30 mai

10h30
Eglise St-Sixte

FETE DE L'ASCENSION
  Fête de l'espérance.

"Jésus les emmena au dehors, jusque vers Béthanie ;
et, levant les mains, il les bénit.
    Or, tandis qu'il les bénissait,
il se sépara d'eux"

JUIN 2019
     
Samedi 1er juin
18h30
Eglise St-Sixte

Messe du 7e dimanche de Pâques

Dimanche 2 juin

10h

Réouverture de l'église St-Pierre

Eglise St-Pierre

PREMIERES COMMUNIONS

A la messe de ce dimanche, les enfants qui se sont préparés
par le cycle de catéchèse recevront la communion pour la 1ère fois

"Que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux,
et que moi aussi, je sois en eux. »

Samedi 8 juin

JOURNÉE MONDIALE DES OCÉANS.

"Béni sois-tu, Seigneur, pour notre sœur la mer avec ses eaux limpides..."
Cantique de St François

Samedi 8 et Dimanche 9 juin

18h

10h

Eglise St-Pierre

Célébration des fêtes de la
PENTECOTE

"Allez par toute la terre
Annoncer l'évangile aux nations."

Mercredi 12 juin

JOURNEE MONDIALE CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS

Sur les 168 millions d'enfants qui travaillent dans le monde, 86 millions exercent des emplois dangereux : ils travaillent dans des mines, des usines… ou utilisent, sans protections, des produits chimiques.
La cause principale en est la pauvreté

Samedi 15 juin

16h30

17h30

18h

Local paroissial

Eglise St-Pierre

Réunions des enfants de la catéchèse:

A 16h30 Groupe de la confirmation.
A 17h30 Groupes d'éveil et de 1ere communion
A 18h, pour tous : Célébration liturgique

Samedi 15 juin

20h
Eglise St-Pierre

CONCERT DE LA CHORALE
"L'écho du Lac"
Au programme
Martin Palmèdi
Misa a Buenos Aires "MISATANGO"
(dont on dit que c'est la messe préférée du Pape François!)

Dimanche 16 juin

Eglise St-Pierre

Fête de la Ste Trinité

"Ô toi l'au-delà de tout,
Quel esprit peut te saisir?

Tous le

s êtres te célèbrent;
Le désir de tous aspire vers toi."

Samedi 22 juin
PAS DE MESSE A 18h

Dimanche 23 juin

 

 

10h

Eglise St-Pierre

Fête du Corps & du Sang du Christ 
Jadis: "Fête Dieu "

FETE PAROISSIALE
en 2 étapes

La première "Intra-muros" avec la célébration liturgique animée par nos 2 chorales

La seconde "Hors-les-murs": on prend la direction de Nivelles
Le programme est dévoilé ci-dessous par le Comité des fêtes.

 


FÊTE PAROISSIALE du 23 juin

 

Le Comité des fêtes est heureux de vous convier à la prochaine fête paroissiale qui aura lieu le dimanche 23 juin 2019.
Cette année, nous irons visiter la collégiale Sainte Gertrude de Nivelles, un lieu proche de chez nous quoique méconnu.  Collégiale romane datant du XIème siècle, elle témoigne de l'existence au même endroit d'une abbaye impériale fondée au VIIème siècle dans le domaine de Pépin l'Ancien.  Sa fille cadette, Gertrude en fut la première abbesse.  La collégiale fera partie plus tard d'un chemin de Compostelle.  Elle fut bombardée le 14 mai 1940 et sa restauration s'est terminée en 1984 !
Le départ en bus est prévu à 11h45 à la gare, juste après le verre de l'amitié en paroisse qui fera office d'apéritif.  Nous arriverons sur place vers 12h30 où nous avons réservé un restaurant pour la paroisse à proximité de la collégiale.  Le repas débutera vers 12h45 et sera du type buffet chaud et froid. 
Il s'agit d'une formule tout inclus (repas, boissons, café) avec une limite quant aux boissons, au-delà de laquelle elles seront à votre charge.  Après le repas, à 15h00, débutera la visite guidée de la collégiale, du cloître et de la crypte. 
A l'issue de cette visite, vers 16h30, nous assisterons à un concert d'orgues par l'organiste de la collégiale, précédé de ses explications passionnées quant aux caractéristiques de cet instrument unique.  Nous reprendrons le bus vers 17h15 et prévoyons notre retour à Genval-Gare vers 18h00.

Réservez dès maintenant la date pour vous, vos amis et vos familles afin que nous soyons nombreux à partager ce moment de convivialité. 
Attention, le nombre de places dans le bus est limité. La participation aux frais pour la journée (voyage, visite, repas) est de 29 Euros / personne. 

Les inscriptions commenceront en Mai 2019. 

D'ici là, nous vous souhaitons un printemps festif, de ferventes fêtes de Pâques, de l'amitié, de l'amour et de l'humour, une recette qui continue à faire ses preuves.  Nous nous réjouissons à l'avance, confiants que ce nouveau voyage saura entretenir vos appétits de découvertes et d'amitiés.

Le Comité des Fêtes


MESSAGE DE NOTRE FABRIQUE D'EGLISE

Des travaux de peinture auront lieu à partir du mardi de Pâques (le 23 avril) jusqu'au plus tard le 31 mai. ( L'entrepreneur et nous mettront tout en oeuvre pour terminer vers le 20 mai mais nous préférons prendre une marge de sécurité.) L'église sera donc inaccessible durant cette période.
D'avance, nous nous excusons pour les désagréments que cela pourrait poser mais nous n'avons pas le choix. Le coût d'échafaudages amovibles était prohibitif. Il y a plus de 30 ans que l'église a été repeinte et nous avons estimé qu'il était opportun de demander un budget à la commune pour la rafraîchir. Ce budget (assez conséquent !) a été accordé par le conseil communal lors de sa séance du mois de septembre 2018.
Je profite de cette communication pour déjà remercier les autorités communales pour cette décision. En ces temps de diminution drastique de la pratique religieuse et de remise en question du financement des cultes ça n'allait pas nécessairement de soi.
Ceci est certainement une reconnaissance pour la bonne gestion de la fabrique d'église de Saint Pierre Genval durant les dernières décennies. J'en remercie ici mes prédécesseurs.
Après appel d'offres auprès de plusieurs sociétés nous avons opté pour celle qui à nos yeux présentait le meilleur rapport qualité/prix et les meilleures références. Cette entreprise a en effet à son actif la peinture de plusieurs églises dans le Brabant Wallon.
En ce qui concerne les tons nous avons décidé de garder (à quelques nuances près) les couleurs existantes.
L'église sera donc entièrement repeinte pour les communions le dimanche 2 juin, et pour la fête paroissiale qui se déroulera le 23 juin 2019. Ce sera l'occasion pour tous de pouvoir apprécier et fêter cette rénovation.

D'ores et déjà, nous vous y invitons nombreux.

Pour la fabrique d'église
Jean Paul Dutron


CONCERTS DANS NOTRE EGLISE

 

Samedi 15 juin à 20h00
dans notre Eglise St Pierre de Genval

Au programme : Martin Palmeri
Misa a Buenos Aires :
« MISA TANGO »

(on dit que c'est la messe préférée de notre pape François)

Paf: 15€
en prévente: 12€
(0479 340 223)

 

Après les concerts de Noël, très appréciés,
la chorale « Les Coeurs Joyeux »
vient de reprendre les répétitions pour préparer

le Concert d'été prévu

le dimanche 14 juillet à 15 H 30
à l'église St-Pierre

ENTREE LIBRE !

Avant cela, nous chanterons pour nos aînés du Val du Héron et de la Résidence du Lac.

Réservez la date:
14 juillet à 15h30  !

Daniel et Paul


EXPOSITION : LES PROTESTANTS WALLONS

A L'EGLISE PROTESTANTE DE RIXENSART Centre Culturel Protestant

Rue Haute 26 a 1330 RIXENSART

Une production de l'Eglise Protestante Unie de Belgique (Paroisse de Charleroi)

Exposition accessible : Les dimanches (de 11h30 à 13h)
Les jeudis (de 10h à 12h30) & (de 14h à 16h) Ou sur rendez-vous.


MOT POUR RIRE

Premier miracle de JESUS

D'après la Bible, Jésus est né à Bethléem, en Palestine, un pays où les gars s'appellent : Mohamed, Abdel, Mounir, Aziz, Ahmed, Farid, Omar, Youssouf, Mouloud, Moktar, Abdallah, Abdoul...
Il vivait à Jérusalem, où les gens s'appellent : Aaron, Shlomo, Shimon, Yaël, Noam, Nathan, Menahem, Yitzhak, Benyamin, Yigal ...
Et ce gars a quand même réussi à se trouver 12 potes qui s'appelaient :
Pierre, Paul, Jacques, Jean, Thomas, Luc, Matthieu, André, Philippe, Simon, Barthélemy... et qui buvaient du vin.
Si ce n'est pas un miracle ça...!


PRIER dans et autour de notre paroisse

Dans notre Eglise Saint-Pierre (à partir du 2 juin):

  • Il y a, avant tout, les messes du samedi (18h) et du dimanche (10h) mais aussi
    celles qui ont lieu le matin, les mercredi, jeudi et vendredi (7h30)

  • Le premier samedi du mois à 9h00, messe avec consécration à Marie (précédée à 7h30 du rosaire )

  • Adoration : Tous les jeudis à 8h00 (juste après la messe)

  • Vigiles: Le dernier samedi du mois, de 22h à 6h du matin :

    - chapelet
    - chemin de croix
    - adoration

A l'Eglise Saint-François Xavier de Bourgeois

  • Les messes ont lieu le samedi (18h) et le dimanche (10h) ainsi que le jeudi matin (8h45)

  • Tous les samedis à 17hOO, chapelet aux pieds de la statue de la Vierge.

A l'Eglise de Genval Saint-Sixte

  • Les messes ont lieu le samedi (18h30) et le dimanche (10h30 ) ainsi que le mercredi (8h45) et le vendredi (9h), messe précédée par un quart d'heure d'adoration (dans la petite chapelle).

  • Chaque 3e dimanche du mois à 18h30 : prière dans l'esprit de Taizé dans la petite chapelle.

A l'Eglise Saint-André de Rosières

  • La messe à lieu le dimanche (10h)

  • Adoration : le premier dimanche du mois après la messe de 10h00.


Ce journal est le vôtre. N'hésitez pas à envoyer vos articles ou informations aux adresses suivantes:

diacrealain@hotmail.fr
francoise.hulet@skynet.be
kimbelekete@gmail.com

Avec tous nos remerciements à chacun des participants ainsi que

  • à Paul Spies pour la relecture et la mise en page

  • au Monastère des Bénédictines de Rixensart pour l'excellent service d'impression,

  • et tout particulièrement à Milou Bonaventure

    Le Comité de rédaction
    vous souhaite une sainte et joyeuse fête de Pâques!

  • Informez-vous sur le beau Site de votre paroisse

    www.genvalsaintpierre.org

    Visitez aussi le site de notre Unité Pastorale

    www.bourgeros.be

     


    Editeur responsable : Abbe KAGOMA AMUNDALA Tchuma, Curé